Éloge des nuées

Lundi 18 Septembre 2017 à 09:31 - Catégorie: Mensonge
Tags: , ,

Dans quelques jours aura lieu l’équinoxe d’automne. Vu de la Terre, le soleil à l’équateur sera exactement au zénith, ce qui est fort satisfaisant à savoir quand on aime les choses bien rangées. Hélas, cela n’arrive que deux fois par an. Le reste du temps, par un de ces mystères mathématiques qui donnent leur charme à toutes les évidences et malgré la complexité de l’orbite terrestre autour du Soleil ou le fait que le Soleil se meut perpétuellement le long d’une ligne de fuite, les deux astres demeurent certes alignés mais un je ne sais quoi choque l’œil et le bon sens. Il y a des moutons sous le canapé, il manque une pièce au puzzle, la chaise branle : l’axe de rotation de la Terre n’est pas perpendiculaire à l’écliptique.

Ce n’est pas sans angoisse que le gentilhomme voit venir au loin l’équinoxe d’automne. Celui-ci plongera l’hémisphère nord dans cette période de l’année qui verra le triomphe de la nuit et du froid, ainsi que la disparition des jupes. Il ne sera plus possible de cueillir aux lourdes branches des arbres fruitiers des épaules nues brunies pas le soleil pour y dévorer à pleines mains les nourritures terrestres. Bientôt tomberont les feuilles en parure, couvrant les corps des jeunes hommes et des jeunes femmes que nous admirions sans fin le jour en espérant les aimer lors de nuits trop courtes. A peine entrevus, ils disparaissaient avant l’abordage et c’est nous qui sombrions. Au moins étions-nous occupés à la contemplation de beautés éphémères. Le gentilhomme, pour échapper au mortel ennui de l’hiver où Apollon ne va plus quasi nu et où Aphrodite a la goutte au nez, devra tourner ses yeux vers le ciel. Car ici tout s’inverse.

Qu’il est chiant le ciel d’été dans son bleu uniforme et minéral uniquement traversé par les traînées des carlingues qui en quadrillent la rengaine quotidienne. Et qu’il est beau le ciel d’automne qui joue avec les lumières d’équinoxe, délirant de profusions dans d’immenses cathédrales baroques, colonnes de cumulo-nimbus s’élevant parfois sur plusieurs milliers de mètres de haut, bourgeonnant à leurs sommets en un chou-fleur de ouate sur lequel on aimerait reposer. C’est le fameux cloud nine équivalent anglophone du septième ciel cher aux anges, aux amants et à ceux qui mesurent l’horizon à l’aune des nuées.

Ces architectures de vapeur d’eau, où se côtoient parfois les cristaux de glace et les éclairs d’orages d’altitude semblent marcher sur terre grâce à leur pied faits de traînées d’averse trempant le sol au loin. Une « rue » de cumulus mediocris s’étire à perte de vue et vient en souligner la verticalité tandis que tout là haut des cirrus finissent de s’évaporer pour disparaître croit-on à jamais. Il se reformeront ailleurs, à des centaines de kilomètres d’ici, pour le bonheur d’autres que nous qui aurons également oublié de regarder leur nombril pour s’attarder un instant, leur nez pointant les astres.

C’est l’occasion de voir l’arc-en-ciel, les arcs circumzénithaux, les gloires, les enclumes, les arcus, les échelles des Jacob, colonnes de lumière traversant les nuages et qui tombent sur le sol comme la lumière jouant avec la poussière à travers un vitrail.

Bien sûr, il y aura toujours des esprits chagrins que tous les nuages inquiètent. Peut-on leur donner tort quand le nimbo-stratus semble couvrir l’ensemble de la terre visible, cachant le soleil et la lune, voilant tout d’une lumière absolument diffuse, empêchant ainsi de se repérer dans le temps en suivant la course du soleil ou dans l’espace céleste en effaçant toute mesure sous un plafond gris monotone, morne et humide comme un mouchoir plein de rhume ? Ce ciel bas et lourd indique pourtant à lui seul la véritable heure d’hiver, cette humeur noire qui signe la fin des observations célestes et invite à rentrer chez soi en attendant qu’il se dissipe. L’heure d’hiver, c’est la mélancolie. Le gentilhomme rentre alors chez lui. Il allume au plafond la lumière électrique. Il chauffe l’eau, le lait et la soupe. Il prépare le feu. Il réveille l’été qui attend son heure dans les foyers heureux.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

L’Ecole de Régression Personnelle

Samedi 19 Novembre 2016 à 17:15 - Catégorie: Uncategorized
Tags:
 Ni les astres, ni les vibrations, ni l’amour universel ne peuvent vous aider. Faut vraiment être débile pour croire à ces conneries.

Rien n’influence votre vie ; si vous êtes un nul, c’est d’abord de votre faute.

Et si vous en êtes arrivé là, il n’y a aucune raison que ça change.

jehovah621

 
L’Ecole de Régression Personnelle travaille sur tout ce qui influence le corps et l’esprit. Respiration, alimentation, sexualité, altérité et rapport au monde. Apprenez à hyper-ventiler jusqu’à vous évanouir, à ne manger que des trucs qui vous font plaisir et à crever de diabète, à copuler sans cesse dans la plus grande indifférence ou, si en plus vous êtes moches, à vous masturber des heures durant. Vous ne serez pas plus malheureux pour autant.

A L’Ecole de Régression Personnelle, vous apprendrez également à percevoir les autres pour ce qu’ils sont réellement : des rivaux, des ennemis ou des esclaves. Surtout s’ils sont différents. La différence est une menace. Loin de nous enrichir, elle nous appauvrit en réduisant le champ de ce qui est immédiatement partageable entre deux individus.

A L’Ecole de Régression Personnelle, vous regarderez le monde pour ce qu’il est  vraiment : un espace qui se dégrade sans cesse, un temps très court de souffrance exacerbée.

A L’Ecole de Régression Personnelle, vous apprendrez à vous connaître vous-même et à vous aimer tel que vous êtes, un individu négligeable, sans qualité particulière, en cela semblable à tous, et qui ne laissera aucune trace. L’insomnie, la mélancolie, la dépression sont des états normaux.

A L’Ecole de Régression Personnelle, vous apprendrez à diriger votre esprit vers des pensée négatives. Vous apprendrez à mettre un oreiller sur la tête des malades incurables pour au moins abréger vos propres souffrances. Vous deviendrez insensible, ce qui est la clé du bonheur égoïste. Vous deviendrez une mauvaise personne.

Partager, ça ne vaut le coup que si vous n’avez rien.

De toute façon, il n’y a rien après la mort et vous allez tous crever.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

Aux correspondantes (variations)

Dimanche 13 Novembre 2016 à 10:39 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

femmeinsecte

La Femme-insecte, Osamu Tezuka,1970.

Mon désir étreint toutes les femmes croisées. Il embrasse du regard leurs déclinaisons infinies. Il emballe leurs tailles de guêpe dans ses boîtes d’entomologue. Il ajoute une nuance à l’arc-en-ciel de leurs iris. Il vénère l’indistinction de leurs beautés éphémères croisées au détour d’une coïncidence. Il collige les coups de foudre, les arrêts cardiaques, les emballements, tout ce que femmes provoquent. Une aiguille d’acier les traverse de part en part pour qu’elles ne soient pas aussitôt oubliées qu’elles ont été aimées. Alignées, comparées, admirées, la collection s’accumule, envahissant au fur et à mesure l’espace mental. Tout ici est femme, du duvet prairial qui ondule sous le souffle jusqu’à la pupille dilatée de la nuit.

Je désire vous étreindre, ô femmes croisées. J’embrasse du regard vos inclinaisons infinies. J’empale vos tailles de guêpières dans des boîtes d’entomologue. Je goûte les nuances de l’arc-en-ciel à vos iris. Je vénère l’indistinction de vos beautés éphémères croisées au dédale d’une danse. Je collige les coups de foudre, les arrêts cardiaques, les emballements, tout ce que mon coeur convoque. Mon aiguille d’acier vous transperce de part en part, vous oubliez aussitôt que d’autres vous ont aimé. Lignées, parées, mirées, ma collection s’accumule envahissant à fur et en mesure mon espace mental. Ici, tout est vous, du duvet prairial qui ondule sous le souffle jusqu’à la pupille dilatée de l’ennui.

Je croise tes désirs étreints, mal-famés. J’embrase du regard tes inclinations infinies. J’empale tes détails de guêpière, j’emboîte dans ton mollusque. J’ajoute une gluance à l’arc-en-miel de tes orifices. Je vénère la distinction de tes bontés éphémères entrecroisées au détour d’une décadence. Je corrige à coups de foudre tes arrêts cardiaques, tes emballements, tout ce que tu évoques, infâme. Mon anaconde d’acier te transperce de mare en mare pour que tu inoublies avoir été aimée. Analignée, conperlée, admiraie, la correction t’encumule, emplissant sans fur ni mesure tes spasmes, mantras. Ici, tout est toi, du duvet prairial qui ondule sous le souffre jusqu’à la papille dilatée de la nuit.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

Je suis l’inculte

Jeudi 10 Novembre 2016 à 21:35 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

J’ai pas appris à pleurer
Avant la naissance de mes gosses
J’ai juste peur de crever
Et de pas finir le mois
Je suis inculte

Je torche tes enfants
On nous dit de pas trop s’attacher
Mais quand ils rentrent enfin à l’école
Il m’arrive de pleurer
Y’en a que je reverrai jamais
Ils m’appelaient Tata
Mais je suis inculte
Je ballade mes cent kilos de minuit à huit heures du mat’
Y’a vingt ans c’était du muscle
Maintenant y’a la moitié de graisse
Mais ça suffit à garder le chantier
Je suis inculte
Je passe tes articles
Un par un à la douchette
Je bosse encore quand toi t’as fini
Pour que tu puisses faire tes courses
Je suis inculte
J’ai fait ma maison sur les week-ends
La semaine je construisais les vôtres
Regarde les cals sur mes mains
Ma femme veut plus que je la caresse
Je suis inculte
J’ai toujours été un peu lente
On me l’a souvent répété à l’école
J’ai honte de faire des chèques
Parce que j’écris pas bien
Je suis inculte
Tu me parles comme à un mongol
Sauf si elle est en rade ta bagnole
Quand j’ouvre le capot pour t’expliquer
Tu te mets à mater tes pieds
C’est moi l’inculte ?
Je suis flic de base
Tout le monde déteste la police
C’est un peu comme être arabe
Sauf que moi je suis armé
Je suis inculte
Je suis grosse je suis moche
Je suis pauvre je suis seule
Tu me demandes pourquoi autant d’mioches ?
C’est juste que j’aime mes gosses
Je suis inculte
J’ai fait six mois
J’ai perdu mon boulot
Je bosse au black
Pour compléter mon RSA
Je suis inculte
Je fais ton pain, ton ménage,
Répare tes chiottes
Je fous rien et j’m’en fous
Je fume des joints
Je suis inculte
Je vide tes poubelles
Je nettoie la merde de tes vieux
Je prépare tes kebabs
Je fais la manche au Monop’
Je suis inculte
Je suis raciste et polonais
Homophobe et pédé
Femme et sexiste
Carte d’handicapé
Et puis inculte

T’aimes bien me voir dans les télé-réalités
Mais c’que tu préfères c’est sur ARTE
Tu pleures sur ma “condition sociale”
Moi ça m’fait chier
Parc’que ch’uis inculte
Je suis “conspirationniste”
Adepte du tous pourris
Si on est pas pauvres de not’ faute
C’est d’la faute à qui ?
C’est parce qu’on est incultes ?

Je suis pas éduqué
Je sais pas bien parler
J’ai pas la classe ouvrière
Mais je vote et ça t’emmerde
Vu qu’ch’uis inculte

J’ai pas appris à pleurer
Avant la naissance de mes gosses
J’ai juste peur de crever
Et de pas finir le mois
Je suis inculte

2 commentaires Lien Permanent Comments Feed

De l’utilité des baleines dans l’agriculture

Jeudi 10 Novembre 2016 à 07:03 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

baleine

 

C’est en comptant le nombre de baleines dans ses champs que le paysan normand détermine le niveau des précipitations nocturnes.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

Le massacre de la Saint Kuriakose

Dimanche 06 Novembre 2016 à 10:08 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

boxe3

Illustration extraite de Les Sports modernes illustrés. encyclopédie sportive illustrée (813 gravures), publiée sous la direction de MM. P. Moreau et G. Voulquin, édité par Larousse (Paris) en 1905-1906.

“(…) Jusqu’au XIXème siècle, il n’y eut à Monsonge qu’un seul cercle d’Art Martial Littéraire qui porte encore aujourd’hui le nom d’Ecole des Belles Lettres. Tombée en désuétude, l’Ecole ne compte plus qu’une dizaine de membres qui partagent leur temps entre la composition latine, le roman historique local et l’attribution d’un prix annuel. Jusqu’en 1828, et ce malgré les querelles émaillant l’histoire de la littérature au niveau national, seul Paris , Lyon et Bordeaux comptent plus d’un cercle d’Art Martial Littéraire. Très conservatrice, l’Ecole ne déroge pas à la règle et suit avec deux ou trois décennies de retard le règlement parisien des conflits stylistiques. C’est d’ailleurs un parisien, exilé lors de la Bataille du rejet dans l’alexandrin, Jean-Baptiste Pochet, qui fondera en 1828, la Colonie, cercle éphémère de poètes en prose qui eut la particularité d’être le premier à accueillir des femmes. Les provocations incessantes des disciples de M. Pochet sur les choix de sujets de leurs poèmes (le chemin de fer, le libéralisme, la cuisine paysanne, etc.) crispe rapidement les relations entre l’Ecole et la Colonie. L’affrontement était inévitable.

Le massacre de la Saint Kuriakose

Le 3 janvier 1829, l’Ecole envoie une délégation de cinq poètes et de cinq prosateurs à la Colonie. Jean-Baptiste Pochet est absent. Il est à Paris, chez sa mère, où il rédige un mémoire pour le retour de l’épigramme en prose. L’affrontement est aussi rapide que violent. Parmi les prosateurs de l’Ecole, et malgré leur interdiction tacite lors des défis entre cercles, se trouve un polémiste. Il n’y aura aucun survivant à la Colonie. On trouve 17 corps dont celui de Constance Pochet, épouse du maître des lieux. La police refuse d’intervenir dans une rivalité entre deux bandes littéraires. A l’époque, beaucoup d’officiers sont encore analphabètes, mal armés face à ces violences et estiment les risques encourus beaucoup trop importants. Par ailleurs, l’Ecole des Belles Lettres bénéficie de solides appuis politiques puisque beaucoup de notables en sont membres et qu’elle rédige chaque année la pièce de théâtre de fin d’année du Lycée de Jeunes Filles de la rue aux Juifs dont le succès ne s’est jamais démenti. Elle n’est donc pas inquiétée et l’affaire est enterrée avec les restes des corps des membres de la Colonie.

L’épigramme en prose de fer

Peu après son retour, M. Pochet, fou de douleur, achète une bergerie, se réfugie dans les montagnes entourant Monsonge et passe dans la clandestinité. Il envoie des lettres explosives. Sept membres de l’Ecole sont tués et son directeur, François de Baulieu est rendu aveugle en lisant une variante anaphorique du fameux “C’est çui qui dit, qu’y est !” Un version allégée de ce texte est encore utilisée de nos jours comme technique de self-defense. C’est durant cette période que M. Pochet élabore la méthode d’écriture qui permet d’asphyxier un adversaire ou de lui crever les yeux sans lire à voix haute. C’est sans conteste l’invention martiale littéraire occidentale la plus marquante du XIXème siècle que M. Pochet nommera l’épigramme en prose de fer et qui est encore utilisée de nos jours lors de grands conflits internationaux. On attribue à cette technique et à son industrialisation la moitié des victimes de la Querelle de la raréfaction des adverbes dans le roman des années 62-63 (…)”

(extrait du guide touristique gratuit délivré à l’Office du Tourisme de Monsonge.)

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

La platitude

Lundi 31 Octobre 2016 à 10:37 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

Le soleil s’épuise à monter au loin avant de retomber vaincu. Sysiphe s’éreinte. La nuit prend ses aises. Elle s’étire langoureusement. Elle s’étend complaisamment. Elle a décidé de n’en plus finir avec nous. Le jour s’abandonne plus vite à ses draps noirs. Il renonce sans plus combattre. Et elle étreint plus longuement les matins pluvieux. Il n’y a bientôt plus de midi, plus de zénith, plus d’apogée.

De l’humus monte l’odeur douceâtre du caveau. Dans  le brusque silence des insectes volants, le dépouillement des feuilles tombées, le scintillement métallique du givre sur la branche nue, on devine le triomphe sinistre de la mort universelle. Le pas se fait lourd. La boue, la fatigue, le renoncement collent aux semelles. Le ciel gris pèse de toute son humidité sur les épaules. La terre appelle le corps et voudrait l’avaler. Voici venu l’automne et son cortège funèbre.

Nous allons entrer dans la vie économe de l’hiver. Pour vivre une année de plus, il faut mourir une saison encore.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

Toutes proportions gardées

Dimanche 23 Octobre 2016 à 09:15 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

On la croit soumise, jugée sur ses talons.
Elle domine pourtant ceux qui la mesurent.
Si elle donne à l’univers sa démesure,
C’est parce qu’elle en est la maîtresse étalon.

14718669_1477560022259309_2777315828005419990_n

Helmut Newton

 

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

Les Ecrivains Voyageurs

Lundi 17 Octobre 2016 à 11:40 - Catégorie: Uncategorized
Tags:
cc0wivxw4aaobkp-jpg-large
Tchaikane du Bazar, Tibriz, 1953/54, Nicolas Bouvier, L’Isage du monde.
J’ai la flemme de renlever les deux piles de papier de mon bureau, je vais bosser sur la table de la cuisine.

C’est un autre monde. Les odeurs, les couleurs, la qualité minérale de l’air même y sont toutes différentes. Elles aiguisent la vue et l’esprit atrophiés par l’habitude du bureau. Quant à la culture propre à la cuisine, peut-être plus simple, mais aussi plus authentique dans son immédiateté charnelle et plus profonde, dans ce qu’elle relève comme traces des gestes ancestraux de civilisations révolues, elle interroge mon rapport au monde.

Mon écriture n’est déjà plus la même. L’envie d’envoyer balader le chef-d’oeuvre attendu pour écrire simplement une liste de courses, cette littérature du peuple d’ici que les Nobel ignorent.

Et se pose l’éternelle question… Reviendrai-je un jour à cette vie étriquée qui se déroule encore dans le bureau, en mon absence, à au moins cinq mètres de là ?
 
Sans doute, car là-bas sont mes racines et les cartouches d’encre dans le tiroir… Et ici, la vaisselle qui sèche est un reproche implicite, il faudrait que je la range au lieu de travailler. Ces différences qui nous enrichissent elle et moi sont aussi celles qui nous éloignent inexorablement l’un de l’autre.
 
En rentrant, peut-être que je serais invité au festival de Saint-Malo.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

L’Ile des Poupées

Mercredi 12 Octobre 2016 à 11:42 - Catégorie: Uncategorized
Tags:

Sur l’Ile des Poupées, les habitantes ont, pour amuser leurs filles, l’habitude de leur offrir des enfants.

larkin_thumb1

William LARKIN ca 1620

Hélas, les petites poupées n’accordent pas toujours le soin nécessaire à leurs jouets. Il n’est pas rare de voir au fond d’un coffre, sous l’arbre du jardin, sur un tas d’ordures, le cadavre désarticulé de l’enfant qu’on a oublié de nourrir et dont la rigidité cadavérique empêche la manipulation. Le jouet ne marche plus et commence à se putréfier. Les poupées sont patientes. Elles n’ont pas d’odorat.

Plus tard, elles feront des côtes, une cage à oiseaux et du crâne, un objet de méditation sur le passage du temps et l’impermanence des objets.

Laissez un commentaire Lien Permanent Comments Feed

«